+1 (581) 372-4603 |     info@hamelindesign.com |     Beauce, Québec
Design Intérieur > QUI FAIT QUOI… architecte, designer, décorateur… styliste en « home staging » ?

QUI FAIT QUOI… architecte, designer, décorateur… styliste en « home staging » ?

Que fait le designer

Designer ou décorateur…?

Clarifions d’abord que ces deux titres ne sont pas synonymes. Ce sont bel et bien deux métiers distincts. Ce n’est pas non plus pour une question de prestige!  C’est aussi différent qu’être dentiste ou hygiéniste dentaire…vous comprenez le principe!  Le dentiste peut faire le travail de l’hygiéniste dentaire, mais personnellement, je ne tenterais pas le contraire! Le designer peut faire le travail de décorateur, mais l’inverse ne s’applique pas. C’est le même principe pour l’architecte et le designer.

Architecte : Créateur de volume

L’architecte est le spécialiste de ce qu’on appelle  « l’enveloppe » du bâtiment, tant au niveau de son esthétique que de l’aspect technique. L’architecte possède, une formation universitaire en architecture, la compétence ainsi que l’expérience pratique nécessaire à la conception des bâtiments. C’est le concepteur des plans pour bâtir des immeubles, des maisons ou des bâtiments publics. Il travaille principalement sur le volume extérieur, l’enveloppe du bâtiment. Il est encadré par un ordre professionnel, l’Ordre des Architectes du Québec (OAQ), le soumettant à un code de déontologie, à une assurance responsabilité professionnelle et à une obligation de formation continue. C’est une profession protégée.

On ne s’improvise pas architecte !

Designer : Créateur d’espace

Le designer d’intérieur ou architecte d’intérieur (équivalent européen) travaille sur l’ergonomie, l’optimisation des volumes, le confort et la santé-sécurité des occupants. Il est qualifié pour jouer avec les espaces, la lumière, la couleur, les matériaux, le mobilier et les équipements, afin de créer des lieux opérationnels, confortables et adaptés  à ses occupants. Le design d’intérieur est fondé sur la taille des individus et sur leurs besoins physiologiques et psychologiques. En ce sens, l’anthropométrie, l’ergonomie et le confort sont les bases de tout projet d’aménagement, peu importe son envergure, ses occupants ou son secteur d’activité. La solution d’aménagement doit, dans tous les cas, répondre adéquatement aux besoins spécifiques du client.

Pour être un designer d’intérieur, il faut avoir obtenu un diplôme d’études collégiales (DEC), après avoir complété trois ans en aménagement intérieur au CÉGEP ou un détenir un baccalauréat suite à des études d’une durée de 4 ans  en design d’intérieur dans une université  reconnue. Présentement au Québec, le titre de designer n’est pas un titre  protégé par la Loi. En ce sens,  l’Association professionnelle des designers d’intérieur du Québec (L’APDIQ) travaille fort pour faire reconnaître la profession et encadrer sa pratique. C’est au choix du designer d’être membre ou non de l’APDIQ. Choisir d’être un designer APDIQ, c’est devoir, souscrire à une assurance responsabilité professionnelle, adhérer au code de déontologie de l’APDIQ ainsi qu’à l’obligation de formation continue. Être un designer APDIQ,  c’est offrir une garantie au public / consommateur. La signature APDIQ est actuellement le plus haut standard de l’industrie du design au Québec et est un signe de distinction et de qualité.

La pratique professionnelle du designer d’intérieur est néanmoins structurée comme celle des architectes, le processus de conception et de réalisation des projets suit le même trajet. Le designer peut concevoir des plans et devis pour les besoins en plomberie, en l’électricité ou en ébénisterie comme, par exemple, tout ce qui est nécessaire pour  les armoires de cuisine. Un designer d’intérieur a reçu de par sa formation l’enseignement sur la construction et la mécanique du bâtiment. D’ailleurs, la loi sur les architectes autorise un designer d’intérieur à préparer des plans et devis de travaux d’architecture pour la construction, l’agrandissement, la reconstruction, la rénovation ou la modification :

  • d’une habitation unifamiliale isolée, et ce, peu importe la superficie ou la valeur du bâtiment;
  • lorsqu’il s’agit : d’une habitation unifamiliale jumelée ou en rangée, d’une habitation multifamiliale d’au plus quatre unités, d’un établissement commercial, d’un établissement d’affaires, d’un établissement industriel ou, d’une combinaison de ces habitations ou établissements lorsque, après réalisation des travaux, l’édifice n’excède pas deux étages et 300 m2 de superficie brute totale des planchers et ne compte qu’un seul niveau de sous-sol.

On ne s’improvise pas designer !

Décorateur et styliste d’intérieur : Créateur d’ambiance

Le rôle du décorateur et/ou styliste d’intérieur est d’embellir un espace en s’adaptant au style demandé, il réalise des agencements de textures, de teintes et de couleurs qui se coordonnent entre elles et avec des matériaux. Le décorateur peut suggérer des matériaux de revêtements, du mobilier, des accessoires décoratifs… Certains se spécialisent dans le « Home staging » (valorisation immobilière). Leurs champs de pratique sont l’habillage d’un espace et la création d’ambiances. Ils apportent conseils et solutions en matière de décoration. Un décorateur n’est pas autorisé à faire des modifications touchant aux murs porteurs, à la structure ou  à l’enveloppe du bâtiment, et ce peu importe la taille. Pour le faire, il doit avoir recours à des services professionnels pour tous travaux modifiant une façade d’un bâtiment, la circulation, l’organisation des pièces, la création de plans et devis…

Là  encore, au Québec, il n’existe aucune législation officielle pour l’obtention du titre de décorateur. Plusieurs types de cours sont offerts pour devenir décorateur d’intérieur ou styliste d’intérieur. La durée des formations varie de quelques heures (un week-end), à quelques semaines ou quelques années vers l’obtention d’un diplôme d’études professionnelles (DEP) ou, une attestation d’études professionnelles (AEC). Pour un autodidacte,  il suffit d’avoir un bon œil, d’aimer le beau, d’être très sûr de soi… Et hop! On peut se partir en affaires!

C’est décevant mais, au Québec, on peut s’improviser décorateur ou styliste d’intérieur… contrairement à nos voisins européens.

J’espère que ce premier petit article vous aide à mieux comprendre la différence entre un décorateur, un designer et un architecte et contribuera à orienter votre choix du professionnel correspondant le mieux à vos besoins pour vous accompagner dans la réalisation de vos projets d’aménagement!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *